16-08-2017
 
  • Francais
  • Greek
  • Deutsch
  • English
ANIS NACCACHE – révolutionnaire ou terroriste ?

documentaire,vidéo, couleur, 52' et 45' - 2000



naccache_05.jpg

résumé

naccache_02.jpgPortrait d'Anis Naccache, jeune Libanais militant au Fatah, preneur d'otages, avec Carlos, des ministres de l'Opep à Vienne, en 1975, avant de se convertir à la révolution islamique de Khomeiny pour le compte de laquelle il tente d'assassiner, à Paris, le dernier premier ministre du Chah, Chapur Bakhtiar, en 1980. Arrêté, il sert de monnaie d'échange à François Mitterrand lors des négociations avec l'Iran pendant la vague d'attentats à Paris, au milieu des années quatre-vingt. Il est aujourd'hui "business man" et vit entre Téhéran et Beyrouth.

Représentative de la lutte d'une génération aujourd'hui vaincue, l'histoire d'Anis Naccache décrit en filigrane le cheminement idéologique, au Moyen Orient, du tiers-mondisme pro-palestinien et vaguement socialiste des années 60 et 70 à l'islam politique des années 80 et à nos jours.

 

 

critiques

Anis Naccache, révolutionnaire ou terroriste? Cet agent dévoué de la violence politique se raconte et s'explique, pour la première fois ... Extraordinaire récit qui éclaire une page d'histoire. Étonnante explication, sans excuses ni regrets. Anis Naccache ne dit pas tout, même pas sur les raisons qu'il a de s'exprimer à présent. A qui s'adresse-t-il?

Le Monde, 25/11/2000

 

Ce remarquable portrait... fait d'une part une récapitulation originale et pointue de la complexe histoire proche-orientale, aussi complexe que la biographie de ce Libanais militant du Fatah, puis terroriste "iranien". Et il pose cette question que la planète n'a pas fini d'épuiser sur l'avenir des idéologies révolutionnaires, celles des années 60 et 70 en particulier, si proches et si lointaines.

Le Figaro, 29/11/2000

 

 

naccache_bandeau.jpg
Roland Dumas (ministre des affaires étrangères)
J'ai dit à Mitterand : il faut liberer Naccache. Il y était hostile. Était également hostile le ministre de la justice, Badinter.
"Ces gens-là sont noirs comme des corbeaux". C'était son expression.
 

 

 

 

 

avec  
  Anis Naccache, Hani El Hassan, Samir Abou Ghazaleh dit Haj Talal,
    Youssef Daher, Mohammed Sadek Hussein, Antoine Comte,
    Roland Dumas, Edith Heller, Enis Al-Attar
     
scénario  
  Timon Koulmasis et Gilles du Jonchay
réalisation  
  Timon Koulmasis
image  
  Timon Koulmasis
son  
  Mouhab Chane-Saz, Joël Flescher, Pierre Picq
montage  
  Aurique Delannoy
musique   Timon Koulmasis
producteur  
  Xavier Carniaux
production  
  AMIP, ARTE, ORF
     

 

 

 
< Précédent   Suivant >
Design by Video de Poche